Le Task Manager et l'équipe de l'UGP en séance de travail

Le Task Manager (BAD), le Secrétaire Exécutif Adjoint COMIFAC et l'équipe des experts de l'UGP en séance de travail

La Banque Africaine de Développement (BAD) vient d’effectuer deux missions successives très décisives pour le PACEBCo, du 17 au 29 décembre 2015 et du 12 au 17 Février 2016. Les deux missions étaient conduites par Monsieur Jean –Louis MOUBAMBA, Agroéconomiste, Chargé de Programme du PACEBCo à la BAD -GAFO. Ces deux missions successives avaient pour objectifs d’examiner l’état d’avancement du Programme et de proposer des recommandations permettant de booster son fonctionnement et d’améliorer ses performances dans la réalisation des activités restantes.

La première mission qui était une mission de supervision avait pour objectif principal de faire le point sur l'état d'avancement des activités en cours d'exécution et d'examiner les problèmes qui y sont liés, afin de formuler des recommandations sur les actions urgentes à prendre durant la période restante, pour s'assurer de la bonne exécution du Programme, notamment l'élaboration des chronogrammes d'activités, l'actualisation du Plan de passation des marchés, et l'examen de l'état d'avancement des justifications des avances perçues sur les comptes spéciaux.

Cette mission a rencontré au Cameroun les hautes autorités du Secrétariat Exécutif de la Commission des Forêts d'Afrique Centrale (COMIFAC), à savoir Messieurs Martin TADOUM et Etienne MASUMBUKO, respectivement Secrétaire Exécutif Adjoint et Directeur Administratif et Financier de la Commission des Forêts d'Afrique Centrale (COMIFAC). Elle a également eu des séances de travail avec les partenaires techniques chargés de la mise en œuvre des activités du PACEBCo suivants : CIFOR (Convention CEEAC-CIFOR, COBAM), CEFDHAC-UICN (Appui à la Société civile), OFAC (Appui institutionnel et organisationnel), BETA Consult (chargé de la maîtrise d'œuvre complète des travaux de construction) et le RAPAC (Convention CEEAC-RAPAC). La mission a eu également plusieurs séances de travail avec les experts de l'UGP.

Toutes ces rencontres ayant eu lieu avec les partenaires ont permis d'examiner de manière exhaustive l'état d'avancement de leurs activités respectives et d'échanger sur les conditions d'exécution des activités restantes afin de prendre des mesures urgentes et réalistes pouvant garantir l'atteinte des principaux objectifs du Programme.

Le niveau d'exécution physique du Programme et ses performances en matière de gestion se sont nettement améliorés grâce au dynamisme de la nouvelle équipe de l'Unité de Gestion du Programme, mise en place en début  du mois de mai 2015. Le taux d'exécution physique à ce jour est globalement estimé à 68 %. Ce taux pourra atteindre plus de 70 % au 30 juin 2016 grâce à l'achèvement des travaux de construction des bâtiments abritant les Centres écologiques, les Antennes multifonctionnelles et les Bureaux des Antennes locales de l'UGP, et des ouvrages d'adduction d'eau potable. Les 30 % des activités qui pourraient ne pas être réalisées concernent la mise en œuvre de 259 microprojets restants du Fonds de Développement Local (FDL) qui risquent ne pas être réalisés compte tenu du temps restant pour les décaissements et des difficultés actuelles de réapprovisionnement des comptes spéciaux.

La mission a constaté, par ailleurs avec beaucoup de satisfaction le lancement effectif des microprojets du Fonds de Développement local, notamment la construction des ouvrages d'approvisionnement en eau potable au profit des populations autochtones et locales dans plusieurs villages des zones communautaires riveraines des Aires protégées dans les paysages cibles du Programme. Au total, 14 ouvrages d'adduction d'eau potable étaient réalisés en l'espace de deux mois, après le lancement des travaux. Ceci dénote de la détermination du Coordonnateur Régional ai. de l’UGP et ses Experts d’aller contre vents et marrées vers les objectifs du Programme.

Ce résultat obtenu, très encourageant pour la BAD, l’UGP et la COMIFAC, ont valu d’obtenir de la part de la mission de supervision, une recommandation très importante à l’endroit de l’UGP à savoir : «préparer,   après justification  des  avances  perçues,   une demande de financement des 100 autres microprojets prioritaires du FDL pour la poursuite des adductions    d'eau potable,   la construction des salles    de    classes dans les écoles et des dispensaires, dont les APS/APD sont disponibles et pour lesquels certains  contrats  sont en instance. Ceci afin d'accroitre le décaissement dans la catégorie FDL et d'obtenir un plus grand impact du Programme auprès des populations autochtones et locales ».

Faut-il le rappeler, le Programme avait été réorienté par la mission de suivi de la BAD, conduite par Monsieur TOUNKARA SAMBA, le 19 mai dernier, pour consacrer l’essentiel de ses efforts à la mise en œuvre des activités ayant un grand impact pour les populations, notamment la réalisation des  microprojets au profit des communautés locales et autochtones.

Cette mission de supervision a également formulé par ailleurs, d'importantes recommandations, en vue de garantir une bonne exécution des activités restantes, et de clôturer le Programme dans des bonnes conditions, à la date initialement fixée au 30 Juin  2016 : entre autre (i) Pour le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, écrire  au Ministre en charge des Aires protégées de la RDC, pour obtenir une audience auprès de lui afin de soumettre à son attention, les difficultés liées à l'exécution des activités du PACEBCo en RDC, notamment l'obtention des livrables et la justification des ressources y afférentes; et (ii) pour la BAD, approuver les nouveaux contrats du personnel retenu pour les six (6) mois restants de la prorogation, et procéder au paiement direct de leur salaire.

Au terme de cette mission de supervision, une réunion de synthèse présidée par Son Excellence Monsieur l'Ambassadeur Ahmad ALLAM-MI, Secrétaire Général de la CEEAC s'est tenue à son Cabinet, ce 19 janvier 2016. A cette occasion, un aide-mémoire qui retrace les résultats de la mission a été présenté, discuté et signé.
Moins de trois semaines après l’achèvement de cette mission de supervision, Monsieur ABDOULAYE DAGAMAISSA, Chef de division OSAN3-BAD, a prescrit, une mission exceptionnelle pour le suivi des activités du Programme à Yaoundé. Cette mission était conduite, une fois de plus par Monsieur Jean-Louis MOUBAMBA, Chargé de Programme PACEBCo à la BAD-GAFO. Cette mission de suivi avait pour objet d’accélérer le traitement de tous les dossiers urgents qui demeurent en instance à l’UGP et à la CEEAC.
La mission de suivi a eu plusieurs séances de travail avec les Experts de l’UGP sur les dossiers en instance. Elle a rencontré une fois de plus les hautes autorités du Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, Monsieur Raymond MBITIKON, Monsieur Martin Tadoum et Monsieur Etienne MASSUMBUKO, respectivement Secrétaire Exécutif, Secrétaire Exécutif Adjoint et Directeur Administratif et Financier de la COMIFAC pour une séance de restitution.
Cette mission de suivi très importante a permis de : (i) examiner l'état de mise en œuvre des recommandations issues de la dernière mission de supervision effectuée du 17 au 29 décembre 2015 ; (ii) Examiner et valider tous les contrats des personnels pour leurs saisis dans le SAP (Système de la BAD) en vue du paiement direct des arriérés de salaires de l’année 2015 et les salaires pour la période de janvier à juin 2016 ; (iii) Etablir et valider toutes les demandes de paiement direct des salaires pour leur transmission à la Banque ; (iv) Examiner la situation de tous les dossiers en instance, tant au point de vue des décaissements, des justifications des fonds reçus et des acquisitions ; (v) Réviser la LBS en mettent plus de provisions dans les catégories des travaux, biens et services pour supporter tous les paiements directs des salaires, les travaux des microprojets et les équipements , y compris ceux qui devaient être payé sur fonds de roulement. (vi)  Les dossiers pour le paiement direct des arriérés de salaires de 2015 et les salaires de janvier à juin 2016 ont effectivement été finalisés.

La mission a constaté avec satisfaction que les mesures recommandées lors de la dernière mission de supervision ont été suivies par l’UGP et que les efforts fournis ont permis d’améliorer significativement le taux de justification des dépenses et fonds reçus. La poursuite de ces efforts permettra d’atteindre un taux suffisant pour déclencher le réapprovisionner des comptes spéciaux de l’UGP  et d’assurer le paiement des arriérés des fournisseurs.

Avant de clôturer la mission, une importante séance de travail présidée par Monsieur Racine KANE, Représentant Résident de la BAD au Cameroun,  a eu lieu au Bureau Régional de la BAD à Yaoundé. Cette séance de travail a regroupé, les hautes autorités du Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, le Coordonnateur Régional du PACEBCo, des responsables du Bureau Régional de la BAD à Yaoundé, et  par téléconférence le Chef de Division OSAN3., et la Directrice des Opérations au Siège de la BAD à Abidjan.

L’ensemble des participants à la séance de travail ont relevé pour le féliciter, les avancées significatives observées dans la mise en œuvre du Programme par la nouvelle équipe de l’UGP, depuis Mai 2015, malgré les conditions très difficiles de non réapprovisionnement du compte spécial et plus de 13 mois d’arriérés de salaires.

La BAD a réitéré que l’accent soit mis pour poursuivre la réalisation des microprojets améliorant l’accès aux infrastructures de base au profit des populations locales, avec notamment 100 autres microprojets prioritaires en matière d’approvisionnement en eau potable, la construction des écoles et des dispensaires. Bien sûr en veillant a bien finaliser les autres activités restantes, relatives notamment aux autres constructions des Antennes multifonctionnelles, les centres écologiques et les Bureau des Antennes de l’UGP sur le terrain, sans oublier la collecte des livrables et la capitalisation des enseignements et leçons apprises.

Compte tenu de l’ampleur et de l’importance de la tâche, la BAD a suggéré à la COMIFAC et à la CEEAC de solliciter une nouvelle prorogation du Programme pour une période de six (06) mois du 30 Juin 2016 au 31 Décembre 2016.

Le Représentant Résident de la BAD à Yaoundé, a alors été chargé d’assurer désormais, auprès de la COMIFAC, en charge de la supervision technique du PACEBCo, et de l’UGP, le suivi de proximité de la mise en œuvre  des activités restantes du Programme, afin de garantir sa marche vers ses objectifs majeurs.